Récupérateur d’eau de pluie

Aujourd’hui, les études démontrent qu’il est plus rentable de se doter d’un récupérateur d’eau plutôt que de continuer à utiliser l’eau potable.  Cependant, la décision ne doit pas être prise à la légère et il faut tout faire pour trouver le meilleur modèle qui correspondra aux besoins spécifiques du jardinier.  Parmi ces besoins figurent notamment ceux liés aux conditions climatiques (pluies fréquentes, pentes, sols et résistances), mais également d’autres facteurs tels que la superficie du jardin.  En effet, un modèle inférieur au besoin ne servira pas à grand-chose et un récupérateur d’eau surdimensionné s’avèrera plus coûteux et pourrait ne pas convenir à certaines conditions climatiques.  Il faut aussi veiller à choisir un modèle qui soit facile d’installation et qui puisse s’intégrer au jardin sans nuire à l’esthétique. C’est pour cette raison qu’il est toujours intéressant de bien choisir un modèle, la qualité étant cruciale.

1. Comment choisir un récupérateur d’eau de pluie ?

La question du choix d’un récupérateur d’eau est une question très importante, qui requière plusieurs éléments à prendre en considération. Il faut déterminer le type de puits ou de forage à aménager, notamment la hauteur et la longueur ou encore la nature des murs. Il est aussi important de considérer le terrain car il existe différents types et ces caractéristiques influencent la solution adéquate en termes de récupérateur. En effet, une pluie plus forte équivaut à un besoin plus important en terme d’infiltration lors des fortes intempéries et il est donc préférable d’avoir un système de canalisations étendu pour pouvoir profiter au mieux des quantités d’eau qui seront récupérées. Enfin, comme le budget ne doit pas être négligé, un calcul précis équivaut à ne pas se tromper de système et donc de caractéristiques.

Parmi les éléments importants qui doivent être pris en considération, citons :

– Le type de sol étant très important pour le bon fonctionnement d’un récupérateur, il faut bien déterminer sa nature (sableux, argileux…) et également si le sol est de bonne ou mauvaise qualité.

– La hauteur à laquelle se trouve l’eau de pluie, car elle est un élément déterminant pour choisir les canalisations.

– La quantité d’eau à récupérer est un point sur lequel il faut être très précis, notamment si le but de l’aménagement est la récolte d’eau.

– Enfin, le type de canalisation pour qu’il soit adapté à l’eau à collecter et au lieu où elle sera stockée. Il existe différents types de systèmes en fonction de l’eau à stocker (potable…).

2. Comment installer un récupérateur d’eau ?

En fonction du type d’installation que l’on souhaite réaliser en matière de récupérateur d’eau, il faut choisir une solution en fonction du stockage voulu. Il est préférable de pouvoir disposer d’un bon volume ce qui permet un accueil de l’eau de pluie en cas de fortes intempéries. On peut accueillir par exemple 25 joules par m² si le récupérateur est situé au niveau du sol et 80 joules par m² si celui-ci se trouve à une hauteur de 3 mètres ou plus.

Le système qui permet le stockage peut être un fût en acier galvanisé, des citernes enterrées, des cuves préfabriquées et enterrées, etc. Les cuves en plastique sont perforées afin d’être reliées aux drains qui seront enterrées au niveau du jardin pour évacuer l’eau. Pour le stockage des eaux de pluie, on remarque que celles-ci ne peuvent pas être utilisées pour tous les types d’usage. En effet, l’eau provenant du récupérateur ne doit pas être mélangée au reste de la production domestique et elle est donc soumise à un contrôle très strict.

3. Les différents types de récupérteurs : les toitures, les gouttières, les citernes…

Les récupérateurs à toiture, les gouttières et les citernes sont de bons choix pour ceux qui ne souhaitent pas investir dans une piscine. Il faut cependant se rappeler que l’exposition aux éléments environnants est toujours un enjeu. La qualité des matériaux que nous utilisons est primordiale pour que le système soit durable et en bon état malgré les conditions climatiques.

Les récupérateurs à toiture, les gouttières et les citernes sont des alternatives à la piscine. Ce sont des solutions simples, rapides et économiques pour gagner de l’eau. Vous n’avez pas besoin d’investir beaucoup dans ces récupérateurs car ils ont une durée de vie plus que correcte. Il existe trois types de récupérateurs d’eau pour ce qui est des toitures, des gouttières et des citernes.

Les avantages sont nombreux quand il s’agit d’installer un système de récupération d’eau sur sa toiture. Il faut seulement être conscient que c’est un système à l’abri du soleil et des intempéries. Si le toit devait être plus ou moins en bon état, il faudrait envisager de faire appel à un professionnel pour inspecter la toiture avant d’installer le récupérateur.

Les gouttières sont des alternatives uniques et peuvent être un moyen de développer une production d’eau douce, car elles recueillent l’eau en simple filet sur les bords des toitures. Si vous avez une grande maison, le système de gouttière est particulièrement adapté puisqu’il peut être installé sur une longue distance. Cette solution n’est cependant pas adaptée pour les petits biens.

Les citernes sont des récupérateurs qui sont très efficaces quand il faut stocker de grandes quantités d’eau. Il est important de choisir un matériau résistant si vous voulez que votre récupérateur dure longtemps. Dans le cas contraire, l’eau stockée risquerait de tomber en panne bien avant la fin de sa durée de vie et cela pourrait vous coûter cher.